Saison d’hiver 2021-2022

Comment va se passer l’hiver 2021 2022 ?

Notre boule de Crystal ayant explosée au cours des derniers mois nous devons donc faire sans … en tant que Français on va devoir utiliser la vielle méthode, une grenouille, un bocal et une petite échelle …

Mieux que l’hiver dernier ?

Nous pensons que ça ne peut pas être pire (enfin c’est ce que dis la grenouille … moi je ne préfère pas trop m’engager …)

Ce que nous dit la grenouille :

Passe sanitaire : On peut supposer que les lieux de regroupements seront encore soumis au passe sanitaire, remontées mécaniques, restaurants, bars, piscines, discothèques, etc …

La clientèle étrangère : Il devrait y avoir des assouplissements grâce au passe sanitaire européen mais il est peu probable que nous atteignons un niveau normal de clientèle étrangère. Les locations qui font habituellement le pleins grâce aux étrangers vont devoir compter au moins en partie sur la clientèle Française.

Les réservations d’automne : Les incertitudes de la 4ème vagues (en cours) ne devrait pas booster les réservations, il est probable la aussi que les locataires attendent pour réserver.

Les conditions d’annulation vont cette année encore peser dans les décisions de réservations.

Nos conseils :

En fonction du type de clientèle que vous avez habituellement (Etrangers, fidèles, …)  Nous vous invitons à mettre en place des tarifs adaptés à la crise que nous traversons et à clairement indiquer vos conditions d’annulations.

Pour ces dernières nous vous conseillons de bien réfléchir à ce que vous indiquez dedans, le seul motif légal d’annulation est un confinement gouvernemental qui empêcherait les locataires de se rendre sur le lieu de villégiature. (Cas de force majeure)

Les annulations pour motif médical (Covid ou autres) ne doivent pas être à la charge des propriétaires, il existe des assurances pour cela (C’est au locataire de la prendre ou pas)

Les annulations pour autres motifs (passe sanitaire, non ouverture des remontées mécaniques, etc. ) ne sont pas non plus à la charge des propriétaires.

En gros à partir du moment ou vous êtes en mesure d’honorer la prestation pour laquelle le locataire à signer un contrat (d’hébergement), le locataire est tenu d’honorer le contrat.

Cela dit, c’est la théorie, après c’est entre chaque loueur et chaque locataire que ça se discute …

En résumé :

A ce stade il y a des raisons d’être plutôt optimiste sur la saison à venir, sans trop fanfaronner non plus, ce satané covid nous a déjà prouvé plusieurs fois qu’il n’avait pas dit son dernier mot.

Bon courage à tous et bonne rentré, ça approche !

Passe sanitaire et hébergements touristiques

En date du 10 Aout 2021 nous n’avons trouvé aucune obligation de passe sanitaire pour les hébergements touristiques de moins de 50 personnes.

Par contre si vous avez des « espaces de loisirs » communs (Jeux, piscines, …) le pass est exigé.

Concernant les hébergements qui fournissent de la nourriture (type chambres d’hôtes, table d’hôtes, …) il semblerait aussi qu’ils soient soumis comme les hôtels à l’exigence du pass sanitaire.

Sources :
Décret du 5 août : https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000043909676?r=UneEnqGPNW

Décret du 7 août : https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000043915443?r=QKpi3umg0O

https://www.service-public.fr/particuliers/actualites/A14896#:~:text=Depuis%20le%2021%20juillet%202021,les%20foires%20ou%20salons%20professionnels.

La bonne stratégie pour augmenter les revenus de votre location saisonnière.

Aujourd’hui la présence de votre location sur internet ne fait plus aucun doute, si vous n’y êtes pas, vous ratez le gros du marché, cependant la stratégie à mettre en place pour garder le meilleur revenu possible ne consiste pas à être présent partout va dépendre de votre profil, loueur occasionnel, assidue ou professionnel, vous n’avez pas forcément les mêmes besoins.

La première chose à comprendre c’est ce que cherchent les locataires

Ils veulent venir aux mêmes moments, c’est donc là qu’il y a le plus de valeur pour vos hébergements. Ce qu’on appelle la haute saison (taux de remplissage proche de 100%)

Typiquement en montagne : Les 2 semaines de fin d’année (surtout celle du jour de l’an) et les 4 semaines de vacances d’hiver et dans une moindre mesure les 4 ou 5 semaines de cœur d’été (mi-juillet au 20 aout).

Concernant les vacances d’hiver il peut aussi y avoir des variations sur les demandes en fonction des calendriers des zones scolaires et aussi des périodes de vacances des étrangers.

90 % des vacanciers veulent venir sur les mêmes semaines !

En montagne, généralement 4 tarifs sont nécessaires pour couvrir l’année :

  • Tarif 1 : basse saison : le prix plancher à la semaine
  • Tarif 2 : Tarifs des semaines été (1,5 à 4x le tarif 1 en fonction de la rareté du bien)
  • Tarif 3 : tarifs basse saison hiver (hors vacances) (2,5 à 3x le tarif 1)
  • Tarif 4 : tarif haute saison hiver (3x à Nx le tarif 1 en fonction de la rareté du bien)

Voir notre article sur la stratégie tarifaire pour la saison prochaine.

Sur les semaines haute saison les plus demandées il ne faut pas brader vos tarifs !

Si vous avez un bien plutôt rare dans votre station il ne faut pas hésiter à tirer les prix vers le haut, comparez avec vos collègues, les tarifs de biens équivalents dans des stations équivalentes et commencez plutôt haut quitte à réduire par la suite.

Les grosses plateformes internationales de location saisonnière sont très contentes que vous proposiez vos plus grosses semaines sur leurs plateformes, en touchant 15% à 20% de commission, elles empochent un beau pactole sur chaque semaine louée.
Découvrez comment elles font pour vous faire baisser vos marges sans que vous vous en rendiez compte

La bonne astuce pour avoir le beurre, la crémière et le pot au lait : 

Stratégie 1 : Dans un premier temps, bloquez les semaines de très haute saison sur les plateformes les plus connues, elles ont en effet plus de visiteurs et risquent de vous réserver les semaines les plus intéressantes à des tarifs pas si intéressants pour vous.

Ouvrez ces semaines sur Chalet-Montagne.com mais à un prix supérieur de 10% du prix que vous leur aviez concédé sur les plateformes. Ainsi chaque semaine louée par Chalet-Montagne.com vous rapportera davantage que la même semaine louée sur une grosse plateforme ! Sachant que ce sont les semaines les plus chères, cette stratégie peut vite devenir très rentable …

Sur Chalet-Montagne.com nous sommes quasi sûrs de vous remplir ces semaines de haute saison, la différence avec les grosses plateformes c’est que nous mettrons un peu plus de temps mais que vous les louerez plus cher !

Stratégie 2 : Si vous décidez d’ouvrir les semaines sur les plateformes, gardez les mêmes tarifs que sur Chalet-Montagne.com, il n’y a aucune raison pour que vous descendiez vos tarifs chez eux afin de leur faire gagner plus d’argent et d’ainsi accroître encore votre dépendance future. Les locataires auront le choix d’aller chez eux et payer plus cher ou passer par Chalet-Montagne.com et avoir des tarifs (directs).

L’arnaque des grandes plateformes de location.

Comment les loueurs se font berner : 

Un discours marketing parfaitement rodé : 

  • Inscrivez-vous sur notre site, c’est gratuit.
  • Choisissez à quel prix vous louez.
  • Choisissez quand vous souhaitez louer.
  • Sélectionnez vos locataires.
  • Gagnez de l’argent grâce à votre logement.

La réalité c’est plutôt : 

  • Oui vous pouvez au début choisir les prix que vous voulez, mais rapidement la plateforme vous envoie un message : “Vous voulez louer plus ?” “Vous êtes plus cher que vos collègues aux alentours », “baissez vos tarifs de 15 % pour louer plus” … Et là sans vous en apercevoir vous avez donné 15% de commission à la plateforme (Officiellement ce n’est pas une commission, vous avez baissé vos tarifs, mais vous gagnez bien 15% de moins non ?)
  • Sélectionnez vos locataires, là aussi les plateformes filtrent voire empêchent tout échange avec les locataires afin de ne pas se faire “doubler”, de plus si vous refusez de louer plusieurs fois, vous êtes déclassés (Mauvais loueur ?). Dans la réalité il est donc compliqué voire impossible de sélectionner vos locataires.
  • Idem pour les périodes de location si vous n’en ouvrez pas assez, c’est automatiquement un déclassement possible.

Uberisation* du métier de loueur : 

Les plateformes de réservation qui se rémunèrent à la commission mettent en avant les tarifs les plus bas et font donc petit à petit baisser le prix des locations. Ils poussent en permanence les loueurs à baisser leurs tarifs diminuant la rentabilité des biens immobiliers.

Pourquoi ? simplement elles payent très cher pour que les locataires arrivent sur leur site (campagnes de pub tv, radio, internet …) donc une fois que le locataire est sur le site, il doit sortir sa carte bleue et réserver, pour cela il lui faut des offres avec le meilleur rapport qualité-prix.

Les loueurs expérimentés ne se laissent pas trop faire, mais les nouveaux loueurs qui ne connaissent rien à ce marché et font confiance les yeux fermés aux plateformes se retrouvent à pratiquer des tarifs en dessous du marché et par la même ils cassent le marché de ceux qui essayent de garder des tarifs rentables.

Il y a véritablement un seul grand gagnant : c’est la plateforme qui aspire complètement le marché de la location saisonnière, ils font croire qu’ils sont incontournables et plus les loueurs jouent le jeu, plus ils le deviennent (je scie la branche sur lequel je suis). N’oubliez pas qu’ils se battent pour acheter les locataires avec votre argent (Achat de mot clef sur google, publicité tv, radio, presse …) 

Tant et si bien qu’à la fin le marché de la location saisonnière ne sera plus aussi rentable qu’il l’a été dans le passé.

Ce modèle peut fonctionner sur des zones à très fort potentiel touristique (Grandes capitales, lieux reconnus internationalement drainant des touristes toute l’année, …) mais n’est pas du tout adapté aux petites et moyennes stations de ski.

Nous chez Alpium nous pensons qu’il faut que les loueurs prennent conscience de cela et mettent en place une contre-attaque, notre plateforme n’est pas basée sur la rentabilité, nous ne prenons pas de commissions, nous ne dépensons pas des sommes folles dans la publicité. Nous sommes dans une dynamique de réduction de nos tarifs à chaque fois que nos revenus augmentent afin de laisser le plus de marge possible aux loueurs. Nous ne sommes pas cotés en bourse, nous ne roulons pas en Porche, nous n’alimentons pas des fonds de pension américains et nous n’avons de compte à rendre à personne !

* L’ubérisation : Uber a lancé un nouveau modèle pour concurrencer les taxis : les particuliers ont la possibilité de devenir des “taxis” Uber en étant auto-entrepreneurs. Au début ça fonctionnait bien, peu d’Uber et beaucoup de clients attirés par les prix bas pratiqués, puis petit à petit de plus en plus d’Uber se sont créés jusqu’à saturation complète et donc mise en concurrence directe entre Uber avec un système de notation. Maintenant les Uber sont des auto-esclaves modernes … ils ont très souvent des revenus largement en dessous du smic horaire :  https://fr.wikipedia.org/wiki/Ub%C3%A9risation

Fond de solidarité pour les loueurs de meublés ?

Nous avons fait des recherches sur le fond de solidarité et son utilisation pour les loueurs de meublés, si vous êtes LMP, il semble évident que vous y ayez droit.
Je vous invite à prendre rendez-vous avec un comptable compétent qui vous aidera à déterminer votre droit au fond de solidarité.

Pour les LMNP, il est indiqué dans la FAQ :

Les loueurs en meublés non professionnels sont-ils éligibles au fonds de solidarité ?

Non, les loueurs en meublés non professionnels ne sont pas éligibles au fonds.

https://www.economie.gouv.fr/files/files/directions_services/covid19-soutien-entreprises/faq-mesures-soutien-economiques.pdf

Ce qui semble aller dans le sens inverse de la règle générale :

Le fonds de solidarité : qui peut en bénéficier ?

Ce fonds s’adresse aux commerçants, artisans, professions libérales et autres agents économiques, quel que soit leur statut (société, entrepreneur individuel, association…) et leur régime fiscal et social (y compris micro-entrepreneurs), ayant au plus 50 salariés. Pour l’aide accordée au titre du mois décembre, le fond de solidarité est ouvert sans critère de taille aux entreprises faisant l’objet d’une interdiction d’accueil du public et aux entreprises des secteurs du tourisme, événementiel, culture et sport (secteur S1).

https://www.economie.gouv.fr/covid19-soutien-entreprises/fonds-de-solidarite-pour-les-tpe-independants-et-micro

Sondage auprès de nos loueurs Janvier 2021!

Résultat du sondage effectué ce début janvier pour avoir un rapide aperçut sur l’état de nos propriétaires à date.

Question 1 : Pouvez-vous estimer l’impact du COVID sur le chiffre d’affaire de votre/vos locations en 2020 (de mars 2020 au 2 janvier 2021) ?

Question 2 : En cas de non-ouverture des remontées mécanique cette saison, je prévois :

Question 3 : En cas de confinement total pendant les vacances de février (équivaut 100% de perte de CA pour tous) , je prévois :

Analyse : On voit une grande disparité des réponses, mais aussi une grande inquiétude particulièrement en cas de confinement pendant les vacances de février avec 27% de loueurs en risque de faillite et 33% avec un impact très fort.
La grande disparité des réponses vient de plusieurs facteurs :

1 : le type de logement et le type de station (Les chalets individuel en petite station s’en sortent beaucoup mieux que les appartements en grand domaine qui additionnent tous les points négatifs (covid, manque de clientèle étrangère, peu d’activités hors ski alpin, … ).

2 : le type de loueur, les loueurs particuliers occasionnels qui ne louent que quelques semaines par an pour simplement mettre un peu de « beurre dans les épinards » se sentent beaucoup moins impactés que les LMP / LMNP (Loueurs meublés professionnelles ou pas) dont l’activité de locations saisonnière peut représenter jusqu’à 100% des revenus d’un ménage.

3 : l’endettement et les charges pèsent aussi fortement sur le sentiment d’inquiétude.

Noël 2020 à la montagne

Bravo grâce à votre mobilisation et à la mobilisation de nombreux amoureux de la montagne, les lignes ont bougées, les vacanciers peuvent venir prendre l’air en station !

J’ai créé une pétition et un site internet https://montagne.help dans la nuit du 24 au 25 novembre et nous avons obtenu en 24 heures plus de 25 700 visiteurs et 13000 signatures, c’est gigantesque ! en si peu de temps …
Il y a eu d’autres pétitions aussi et je pense que cette mobilisation générale a pesé dans le discours du Premier Ministre aujourd’hui !

Encore bravo à tous !

Pour donner suite au discours de Jean Castex ce jour à 11H, voici la partie qui nous intéresse :

Qu’est-ce que cela signifie ?

1 : les stations sont ouvertes : il n’y a donc pas de « cas de force majeure », les clients peuvent venir profiter de l’air pur des montagnes, des activités encore autorisées et des splendides paysages.

2 : les pistes sont fermées : pour certains (et plus particulièrement pour les stations grands domaines) c’est très compliqué à gérer car c’est parfois la seule raison qui fait venir le locataire.

Les hébergeurs se retrouvent donc entre l’enclume et le marteau …

Du point de vue strictement juridique :

Il n’y a pas de confinement, il n’y a pas d’interdiction aux vacanciers de se rendre en station. Ces derniers ne peuvent donc pas faire valoir le « cas de force majeure » pour annuler, il y a peu de chance aussi que les assurances annulation prennent en charge les annulations pour cause de pistes fermées (les années sans neige, finalement c’est le même problème).

Les locataires sont donc en devoir de respecter les conditions d’annulation spécifiées sur votre contrat. (En cas d’acompte, ils doivent payer la totalité du séjour, en cas d’arrhes, ils peuvent ne perdre que les arrhes…)

Du point de vue commercial :

Il est évident qu’une station, sans pistes, sans bars, sans restaurants, ce n’est plus tout à fait la même ambiance … charge aux stations de rebondir, de mettre en avant toutes les activités autorisées, d’en créer rapidement de nouvelles, les restaurants peuvent proposer des plats à emporter, mettre en place des livreurs dans la station, il faut se réinventer en quelques jours (je suis sûr que certaines stations auront pris de l’avance dans ce sens)

Bref proposez dans la mesure du possible un geste commercial pour que tout le monde y trouve son compte et éviter des conflits !

Que faire si un de mes locataires m’appelle pour annuler ? Informer & négocier …

Informer :

  • Lui rappeler les conditions d’annulation du contrat
  • Lui rappeler que les stations ne sont pas fermées mais seulement les remontées mécaniques (et les bars/restaurant comme partout ailleurs)
  • Que vous êtes en mesure de l’accueillir.
  • Lui communiquer les activités possibles dans la station et aussi dans et autour de son logement.

Négocier :

  • Négocier pour éviter le conflit
  • Proposer une ristourne ou un avoir, ou une tartiflette gratuite … à vous d’innover

 Il veut annuler quand-même ? Remettez immédiatement votre location disponible en ligne (rappelez-lui les termes du contrat et son engagement) Nous avons divisé par 2 le prix des dernières minutes sur chalet-montagne.com en soutien aux loueurs.

Humeur d’un vendredi 13 …

Bonsoir, c’est dans cette période très (trop) particulière que je me permets de vous laisser un petit mot ce soir … aux vues des dernières actualités, il est de plus en plus difficile d’être optimiste.

Noël n’est plus qu’a une portée de confinement … et les hôpitaux restent diablement surchargés, j’ai une pensée pour tous les soignants français mobilisés comme jamais depuis peut-être la seconde guerre mondiale ? Beaucoup d’admiration ! Mais j’ai aussi de sérieux doutes sur leur capacitée à accepter une vague de jambe cassés ou d’épaule luxés dans quelques semaines, et ça je crois que nous pouvons tous le comprendre.

Rien n’a été annoncé pour le moment à ce sujet mais sachez que déjà certaines stations envisagent de ne pas ouvrir les remontées mécaniques pour la période de Noël et de n’ouvrir que pour les vacances de février…  Je ne sais pas comment pourrait être la réaction des locataires si (pour le moment on ne peut faire que des suppositions) … si donc les locataires peuvent se rendre en station mais que les pistes sont fermées, (les bars ? les restaurants ?). Dans quelles situations pourraient se retrouver les hébergeurs ? avec des clients plus ou moins compréhensifs ?

Certain disent que la santé prévaut sur l’économie, d’autres disent le contraire et j’ai tendance à dire que les 2 ont raisons. Un confinement impacte l’économie qui impact la santé et un non-confinement impact la santé qui finit aussi par toucher l’économie, bref pas de solution miracle …

Je suis très inquiet pour tous les professionnels des sports d’hivers, les colonies de vacances savent déjà que la saison est pliée pour elles. Les remontées mécaniques, les moniteurs & loueurs de ski savent que Janvier et mars seront sans ces colonies qui remplissaient ces périodes tout en formant la clientèle de demain… Si les colonies disparaissent, ce sera un gros problème dans 10 à 20 ans…

L’immobilier ? Dans les zones touristiques, la construction est souvent dopée par les lois de type ‘Pinel’ (avantage fiscal si le propriétaire confie son bien à la location saisonnière pendant 9 ans ) en cas de saison catastrophique des milliers d’appartements pourraient sortir brusquement de ce cadre et se retrouver à la charge de leurs propriétaires qui à la fois ne bénéficieraient plus des avantages fiscaux du dispositif mais en plus devraient s’occuper de louer le bien ou le vendre en urgence (baisse des prix sur le marché des appartements ?).

Bref cet hiver s’annonce chaque semaine plus difficile. La prochaine étape semble être début décembre, en attendant prônez les gestes barrières, incitez tout le monde à se confiner, c’est le seul médicament qui peut nous aider à court terme.  

Je tiens à remercier les propriétaires qui nous ont envoyés des messages de soutiens à la suite du précédent billet d’humeur, certains ont meme proposer d’apporter un soutien financier à Alpium, nous n’en sommes pas là. Alpium est une petite structure résiliente ! nous réduisons la voilure pour traverser la tempête !

J’ai une pensé pour certains propriétaires que j’ai eu au téléphone et qui sont très inquiets.

Quelques pistes à travailler en fonction de vos cas particuliers :

C’est un choc sans précèdent, j’espere que le secteur de la montagne aura lui aussi droit à de nouvelles aides dans les semaines à venir.

Je suis de tout cœur avec vous dans ces moments d’inquiétude extrême.

Amicalement,

Mikhaël

Une saison d’hiver 2020/2021 compliquée,

Bonjour à tous, je ne me suis pas trop exprimé cet été car comme tous, après un printemps bien confiné, j’espérais de tout cœur que le plus dur était derrière nous. Heureusement, la montagne a eu le vent en poupe, les français ont joué le jeu en voyageant en France et nombreux sont ceux qui ont profité et même découvert nos belles montagnes.

J’adresse tout d’abord tous mes vœux de soutien et de solidarité à ceux d’entre vous qui sont touchés par la maladie de près ou de loin. 

C’est un début d’hiver comme je n’en ai jamais connu et comme j’espère ne plus jamais connaître. Aujourd’hui, …personne, vraiment personne ne sait ce qu’il va se passer mais on peut dire avec certitude que ce sera d’ores et déjà l’hiver le plus difficile de l’histoire des sports d’hiver. Particulièrement compliqué dans les stations à clientèle étrangère, très difficile pour les professionnelles du ski, privés des colonies de vacances et autres groupes ou séminaires et évidemment encore plus délicat pour ceux qui seront sévèrement touchés par la maladie.

Il faut se rendre à l’évidence, les hospitalisations explosent (j’ai réalisé un mini site qui analyse chaque jour les chiffres d’hospitalisation due au Covid 19 à partir de données brutes https://covid.alpium.com ). Au printemps nous pensions que si nous avions eu des masques ça se serait mieux passé. Depuis, nous avons les masques et cela n’empêche pas la seconde vague. Comment imaginer qu’un virus si minuscule puisse autant impacter nos vies … la nature nous remet sévèrement en place. Quand je dis « nous » c’est l’homme à l’échelle de la planète.

Le gouvernement va faire de nouvelles annonces, j’espère qu’elles seront bien calibrées pour pouvoir sauver les vacances de Noël et/ou les vacances d’Hiver qui représentent pour la montagne entre 60 et 90% du CA annuel (100% pour certains). A ce stade, j’ai quand même de plus en plus de difficulté à penser qu’il est possible de sauver pleinement les 2 périodes. J’espère me tromper.

Concernant Chalet-Montagne.com, les réservations dans ce contexte compliqué étaient plutôt bien parties malgré un retard. (Voir les tendances G2A début Octobre). Depuis quelques jours nous notons un fort ralentissement des demandes, il faut s’attendre à un quasi-arrêt des réservations et sans doute même des annulations jusqu’au mois de décembre, jusqu’à ce qu’une annonce gouvernementale (comme ce printemps) rassure les Français sur la possibilité de pouvoir partir en vacances en sécurité à Noël dans un premier temps et pour février par la suite.

Nos conseils : Préparez-vous à des réservations de dernière minute, mettez en place des protocoles sanitaires, rassurer les locataires, communiquez sur le grand air et les grands espaces de la montagne, renseignez-vous auprès de votre OT sur la communication et les actions misent en place dans votre station afin de pouvoir les relayer auprès de vos locataires, un locataire rassuré aura moins tendance à annuler.

Incitez le plus de gens possible à se confiner de façon rigoureuse pour les semaines à venir c’est augmenter les chances pour que ces vacances puissent avoir lieu.
Invitez donc vos locataires à avoir un comportement responsable dans les semaines à venir.

Ce virus est imprévisible et l’hiver n’est pas joué, je dirais que c’est du 50/50 … Beaucoup d’amoureux de la montagne ont très envies de pouvoir passer de belles vacances en sécurité. Mais si d’ici un gros mois nous n’arrivons pas à inverser la tendance hospitalière, les vacances de Noël seront catastrophiques.

Concernant les conditions d’annulation, à ce jour il n’y a plus d’ordonnance comme ce printemps autorisant les PROFESSIONNELS DU TOURISME (et uniquement les professionnels) à transformer les acomptes en avoir, ce qui signifie qu’en cas de confinement gouvernemental national ou local (cas de force majeur), les acomptes devront être remboursés aux locataires (sauf arrangement amiable). 

Les annulations pour autre causes, (accident, maladie covid ou pas) ne doivent pas être à la charge du loueur (attention à la rédaction de vos contrats), le locataire doit honorer son contrat et peut par ailleurs contracter de son côté une assurance annulation.

Chez Alpium (la société qui gère Chalet-Montagne.com nous travaillons depuis mars quasiment à 100% en télétravail et avons beaucoup changé notre mode de fonctionnement, beaucoup plus numérique, et beaucoup moins par téléphone. J’ai eu quelques reproches sur ce sujet et je m’en excuse mais là ou nous étions 4 personnes il y a 2 ans, nous ne sommes plus que 2 cet automne.

(en général pour l’automne nous essayons d’avoir des renforts, dans le contexte actuel ce n’est pas possible), l’équipe est donc réduite aux piliers Claire et moi-même. Je m’occupe principalement de la partie technique, des améliorations du site (depuis déjà plus de 20 ans … ) et Claire du support client et des sites perso depuis plus de 2 ans. Le fait d’être une très petite structure totalement autonome nous rend résilients, cela va nous permettre de traverser la tempête.

Les développements de cet année ont été bien perturbés. Ce printemps nous avons réagi très rapidement en mettant en place un protocole sanitaire et des conditions d’annulation pour rassurer les clients de l’été. Cela a plutôt fonctionné grâce aussi au résultat du confinement et à une période d’été moins propice au virus. Actuellement nous communiquons beaucoup (publicités Google, Facebook et divers partenaires) en fonction des annonces nous allons ajuster cette communication.

Si certains d’entre vous ont des suggestions sur les évolutions de Chalet-Montagne.com, sur une stratégie pour cet hiver, n’hésitez pas à nous en faire part sur le mail : equipe@chalet-montagne.com

Portez vous bien, prenez soins de vous, protégez-vous, protégez votre entourage et protégeons nos locataires.

En espérant dans quelques semaines de bonnes nouvelles …

Amicalement,

Mikhaël

Tendances hiver 2020/2021

Comme chaque année à cette époque nous évaluons les tendances de réservation à date avec la société G2A Consulting pour mesurer l’état des réservations comparé à l’année précédente.

Voici un bref résumé de la tendance pour l’hiver 2020/2021 compilé par G2A sur la base de plus de 600 000 lits :
26.5% de réservation a date au 1 Octobre 2020 sur la saison d’hiver tous types d’hébergements confondus (particuliers, agences, hôtels, …).
-18% sur les stations de charme (petite station <1800m)
-30% sur les stations grand domaines (du fait de la fortes baisse étrangère)

Taux de réservation secteur C2C (de particulier à particulier) :

Semaine de Noël : -7.8%
Jour de l’an : +0.1%
Semaine 06 février : -8.7% (semaine compliquée à louer en 2021)
Semaine 13/02 : -16.3%
Semaine 20/02 : – 17.4%
Semaine 27/02 : + 13.4% (semaine compliquée à louer en 2020)

Les + impactés par la Covid19 :
– Les centres de vacances et les classes de neige en fortes baisse
– Les stations « grand domaine » du fait de leur forte clientèle étrangère.

Sur Chalet-Montagne.com, nous notons une forte hausse du trafic sur le site :
+16% sur les 30 derniers jours (comparé à l’an dernier) et meme +27% sur les 7 derniers jours (donc une accélération)
+33% de français, + 9% de Belges !
-6% de contact (les locataires sont en attentes pour vous contacter pour réserver)

Que faire :
1 – Rassurer les clients sur les conditions d’annulation, c’est le critère N° 1 pour la réservation cet hiver, incitez les locataires à prendre une assurance annulation qui vous protégera et les protégera en cas d’annulation pour maladie.
2 – Communiquez sur votre protocole sanitaire, c’est encore un critère important meme si les bons réflexes sont maintenant plus ancrés que ce printemps.
3 – Vous préparer à plus de réservations de dernière minute, les clients vont attendre encore plus pour réserver.

La saison 2020/2021 n’est pas encore joué, elle va dépendre grandement de l’évolution de la pandémie, tant en France qu’à l’étranger. Les stations ne seront pas toutes impactées de la meme façon, notre site Chalet-Montagne.com se trouve être un bon choix car la clientèle est majoritairement Française et francophone d’où cette significative hausse de trafic.
Un des impacts indirects pourrait être la météo, en effet qui dit réservation de dernière minute dit « besoin de neige » en réservant à la dernière minute les clients s’orienteront plus vers les stations bien enneigées, encore un paramètre difficile à anticiper …

Rappel : En cas de confinement, ce qui correspond à un cas de force majeur, la réservation est automatiquement annulée et vous devez rembourser les locataires (à ce jour l’ordonnance Macron qui était valable pour les professionnels du tourisme, permettant de générer des avoirs pour les réservations de Mars à Septembre n’a pas été renouvelée)

Le webinaire complet : https://app.livestorm.co/future-prod/la-tendance-g2a